Un vent nouveau sur les Sables de la guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un vent nouveau sur les Sables de la guerre

Message par Shayddy le Mer 1 Nov 2017 - 19:10

Yo! Je poste ici l'event RP fait en méta incluant les commandants Den'Shi et Sidonay ainsi que le membre Sapienza. L'event est donc écrit à deux "Ujimushi - Shayddy" et servira à ceux qui s'intéressent à l'évolution de l'histoire de Sapienza, sans oublier des décisions importantes prises par Sidonay. Bonne lecture!

Den'Shi a passé quelques semaines à l'entraînement des recrues. L'heure est venue de partir. Il emporte en plus de ses armures habituelles les gâteaux de Plume avec lui. Il sourit, comme à son habitude, quand tous passent le portail dans la cour de la Forteresse. Lui, ainsi que Sidonay, portent leurs armures étincelantes de commandement, dissimulant leurs visages. Les mercenaires qui les accompagnent ont troqué leurs armures d'entraînement contre de véritables armures, eux aussi.
Arrivés en Cyrodiil, la pluie se mèle aux réjouissances. Prévoyants, les lames ont toutes été huilées à la cire d'abeille pour éviter qu'elles ne soient abîmées.
On peut remarquer à la posture de Den'Shi que sa façon d'être diffère de d'habitude. Bien moins enjoué dans son ton, il ordonne aux mercenaires de prendre place dans les tentes prévues à l'avance pour eux dans le campement, avant de se diriger vers la tente de commandement sur le surplomb, suivi de Sidonay, qui aura jeté un dernier regard à Sapienza avant de tourner les talons.
Quelques jours passeront, dans l'inconfort que peut apporter ce genre de campement. Quelques jours où Den'Shi et Sidonay sont à prévoir un plan de bataille. Ils passent régulièrement auprès des mercenaires pour leur donner les instructions futures et vérifier leur entraînement, qui se poursuit sur le terrain. Den'Shi laissera les gâteaux de Plume à disposition pour leur remonter le moral. Sidonay et lui resteront avec eux lors de quelques heures de détente, où ils joueront aux cartes et raconteront des anecdotes entourés des mercenaires. Sidonay profitera de la proximité de Sapienza ces quelques heures.
Durant ces quelques jours qui précèdent la bataille, rien de surprenant à signaler, si ce n'est de tenir la position défensive contre quelques groupuscules pas bien dangereux. Aucun blessé grave à déplorer.
Le jour de la bataille à sonné, et les troupes ennemies sont en face : le Pacte de Coeurébène. Ceux même avec qui ils pourraient avoir bu dans une taverne de Longsanglot lors d'un contrat passé...
Comme à l'entraînement, les pavois sont placés en première ligne, devant les guerriers, eux-même devant les archers, eux-même précédant les mages. D'un point de vue global : Den'Shi donne les ordres en première ligne, et Sidonay garde une vue d'ensemble sur ce qu'il se passe à distance. Le plan de bataille est posé, et tous espèrent que cela se passe sans encombres.

Entrainée par le commandant Den'Shi lui-même lors d'entrainement de groupe et individuel, Sapienza se sent prête pour le jour J. Vêtue de l'armure standard des guerriers de seconde ligne ainsi que de l'arme Shehai, elle franchit le portail après avoir dit au revoir à Plume en l'enlacant très fort.
Arrivée en ce Cyrodil pluvieux, elle observe les alentours et suit l'ordre qui est de se diriger vers les tentes en croisant le regard de Sidonay qui suit Den'Shi. Les jours suivants, Sapienza les passe à s'entrainer, motivée et excitée à l'idée que le danger peut surgir à tout moment et de n'importe où. Elle utilise le peu d'heures de repos/détente dont les troupes disposent afin de passer des moments avec Sidonay, un peu à l'écart du groupe mais à portée néanmoins au cas où le danger frappe. Quelques petits groupes d'ennemis essaient de se frotter au campement, l'occasion rêvée de mettre à profit les entrainements pratiqués des semaines plus tôt sans réel danger.
Le jour de la bataille est arrivé, un face à face entre les deux armées crée cette ambiance à la fois anxieuse mais excitante. Placée en seconde ligne, entre les pavois et les archers, Sapienza fixe les ennemis, prête à se lancer corps et âme dans la bataille, le regard ardent et le coeur battant à toute vitesse. Les deux armées se fixent et attendent chacunes l'ordre de charger.

La tension est palpable, et les deux armées se toisent. Après un soupire, Den'Shi donne la charge. De l'autre côté, les lignes se mettent en marche : de grands nordiques portant de lourdes armures et de gros pavois sont en première ligne et foncent eux aussi vers la troupe. Un orage magique éclate au-dessus des têtes des deux armées, la foudre se déferlant sur les ennemis : Sidonay ainsi que d'autres sorciers incantent des sorts du haut de la colline. Les mages adverses parviennent à stopper ceux qui visaient les têtes d'armée, et ripostent eux aussi avec des sortilèges destructeurs, avant même que les armées ne se soient rencontrées. Des deux côtés, des blessés graves sont à déplorer.
Den'Shi reste à proximité de Sapienza, et stoppe les flèches et autres sortilèges qui visent les alentours. Il lancera des sorts de renforcement et de soins aux premières lignes touchées, et continuera d'avancer, le bouclier levé, jusqu'au contact avec l'autre armée, où il enflammera sa lame et tailladera les chairs, gardant toujours un oeil sur l'état de ses hommes.
Le Rougegarde prometteur qu'avait repéré Sapienza est là aussi, quelques mètres à sa droite, et se déchaîne sur les troupes ennemies. Tous ont l'air de donner le meilleur d'eux-même. Certains sont blessés, certains tombent dans la boue sans jamais se relever. Le sang, les cris, la lumière de la foudre et du feu qui pleuvent aux alentours... La guerre. Sous l'excitation du moment, certains se jettent à corps perdu contre les ennemis, qui eux aussi perdent des hommes à vu d'oeil. Le Rougegarde se prendra une flèche dans l'épaule, et tombera au sol. Il roulera rapidement pour éviter un coup d'épée qui le visait.

Le moment est arrivé, les deux armées chargent. Sapienza, présente dans les rangs de seconde ligne, sent ses membres s'engourdir dû à l'adrénaline. Plusieurs flèches aurait dû la toucher, c'était sans compter sur les pouvoirs défensifs du commandant Den'Shi, qui, en plus de surveiller l'armée entière, garde un oeil attentif et particulier sur Sapienza.
Les secondes se transforment en minutes, le son des hommes en train de charger est comparable à celui d'un troupeau de bêtes feroces. C'est bon, le moment est venu, cet instant où Sapienza sort l'arme de son fourreau pour la brandir fièrement face à l'ennemi. Les premiers mouvements sont irréguliers, elle en oublie presque ce qui lui a été enseignée lors des entrainements. Au fur et à mesure que le combat s'éternise, l'abilité à la lame gagne Sapienza. On voit dans son regard l'assurance naitre lors de grands mouvements de moulinet d'épée qu'elle execute.
Un court moment de répit se fait sentir, quelques secondes à peine. Durant ce moment, Sapienza regarde autour d'elle et voit le Rougegarde, une flèche pantée dans l'épaule, à terre, un ennemi au-dessus de lui en train de lever son épée pour l'achever. Est-ce sa fin? L'épée de son adversaire redescent en fouettant le vent dû à la vitesse du coup qu'il compte donner mais est stoppé net par une grande et épaisse lame à la forme d'une pelle qui lui tranche le dos avec profondeur. Sapienza aura accordé un regard au Rougegarde avant de regagner ses rangs pour continuer la guerre, tranchant ennemis après ennemis.

Le Rougegarde remercie Sapienza d'un regard à la foi impressionné et reconnaissant, avant de se relever rapidement, de ramasser son arme, et de retourner au combat, animé par encore plus de rage.
Den'Shi garde un œil protecteur sur Sapienza, fier des progrès qu'elle a pu faire ces dernières semaines avec les entraînements, mais plus globalement ces derniers mois avec le travail qu'elle a fait sur elle. Il remarque son assurance avec sa lame, et esquisse un sourire sous son heaume, avant d'être rappelé à la réalité par un coup de masse vers son flanc qu'il esquive à la dernière seconde.
Les combats se poursuivent, et l'Alliance de Daguefilante semble avoir un léger avantage sur le Pacte de Coeurébène... Mais les pertes sont lourdes des deux côtés. Tous s'épuisent, qu'il s'agisse des guerriers au combat rapproché ou des magiciens... Les gestes se font moins rapides, et les sorts plus brefs.
Sidonay, en armure légère, se téléporte aux côtés de Den'Shi pour se battre avec lui, comme à son habitude. A les voir enchaîner les coups et les sorts, on pourrait penser qu'ils se sont battus côte-à-côte toute leur vie... Une véritable danse macabre.
Voyant qu'ils ont le dessus sur la bataille, certains groupes se permettent des percées dans les lignes ennemies. Den'Shi et Sidonay se retrouvent séparés de Sapienza à ce moment.

Sapienza ressent et aperçoit la téléportation de Sidonay vers Den'Shi. Entre deux parades, elle observe les gestes des deux commandants et remarquent les deux corps formant une parfaite symbiose, comme s'ils se battaient avec une seule et même conscience. Le croisement de fer ne cesse à aucun moment, accompagné du bruit écoeurant de la chair qui se tranche par les lames.
Parmis tous ses sons de douleur, un autre fait surface, un cri non-loin, un cri de loup semble-t'il. Sapienza se courbe jusqu'à être obligée de se mettre à quatre pattes. "Qu'est c'que...?!". Visiblement ce cri de loup n'est pas anodin pour la louve refoulée. Sapienza sent le rouge remplir ses yeux tout en essayant de se contenir de toutes ses forces, les poings serrés au sol, son arme à côté. Devant elle, des hommes, ennemis comme alliés étaient en train de se faire propulser dans les airs. Une fois la masse de soldats dissipée, Sapienza relève la tête, toujours bloquée au sol.
Elle aperçoit trois énormes lycans sous forme mi-loup mi-humanoïde s'approcher d'elle. Le besoin de se transformer n'a jamais été aussi fort, malgré tous les efforts de Sapienza pour retarder sa métamorphose, les crocs ainsi que les griffes commencent à sortir d'elle. Les trois bêtes, maintenant à portée de Sapienza commencent à la dévisager avant que l'un décide de lever la patte bien haut pour charger son coup.
Tout semble sans espoir, les deux commandants à perte de vue. Le cri bestial entendu plus tôt refait rage, intriguant les trois lycans en face d'elle. Ils semblent apeurés par quelque chose arrivant de derrière Sapienza. Les trois abominations reculent sans quitter des yeux ce qui arrive devant eux. Sapienza, malgré la peur qui l'habite, tourne la tête et n'en croit pas ses yeux. Ce qui fait peur à ses trois lycans n'est autre qu'un autre loup, différent d'apparence. Ce loup n'est pas comme les autres, il n'a pas du tout l'aspect d'un humain, mais d'un loup ordinaire, si ce n'est sa taille hors du commun (environs deux mètres alors qu'il est à quatre pattes) ainsi que son pelage situé entre le marron et le noir. L'animal observe Sapienza durant quelques secondes avant de la renifler de plus près et de partir, suivi des trois autres lycans visiblement sous ses ordres.
Les lycans ainsi que le loup éloignés, Sapienza se relève au milieu du champ de bataille qui se peuple à nouveau d'ennemis et d'alliés.  Sonnée et étoudie elle parvient à peine à voir les ennemis chargant sur elle et à parer/esquiver les coups qui lui sont portés. Elle parvient néanmoins à venir à bout de ces derniers de justesse. Inquiète de son état, elle se met à chercher Sidonay ou Den'Shi du regard afin de les alerter mais en vain.
Un autre ennmi fait face, une fois à portée il charge un coup venant du bas de sa lame légèrement fourchée. Sapienza réussit à le parer créant ainsi un violent bruit d'entrechoc de lames, puis, d'un revers de son arme, tranche la tête de son ennemi.
Maintenue debout par la seule force du bout de sa lame sur le sol, elle ne sent plus ses jambes. Jusqu'à...sentir une main se poser sur son épaule, par derrière, suivi d'une violente douleur partant du milieu de son dos et ressortant de sa poitrine. Sapienza baisse les yeux et voit une lame ressortant de sa poitrine, le sang dégoulinant, la pupille tremblante et perdant son éclat. L'ennemi venant de derrière repart au combat, la laissant pour morte. Agonisante, du sang sortant de sa bouche, elle tombe à genoux puis à plat ventre au sol, son arme à ses côtés.
Sidonay, n'entendant plus le coeur de Sapienza battre (ou très peu) se déconcentre au combat et devient hystérique, ses sortilèges se faisant plus puissants et violents mais aussi désordonnés. Den'Shi, également inquiet , acquiesce d'un regard vers Sidonay pour lui dire d'aller voir.

Den'Shi continue à se battre seul, ayant troqué son bouclier pour deux sabres légers qu'il tient à l'envers.
Sidonay cherche à se rapprocher de Sapienza en se guidant aux battements de son coeur qui sont maintenant uniques à ses oreilles. Il se téléporte à travers les ennemis, tantôt par magie, tantôt de par ses dons vampiriques. Il invoquera une nuée de chauves-souris pour passer une ligne ennemie afin de créer une diversion, profitant de la cohue pour passer au travers.
Il écarquille les yeux à la vue de Sapienza dans cet état, et se jette auprès d'elle. De rage, il lève un haut mur de feu autour d'eux pour dissuader les guerriers curieux de s'approcher, d'un camp comme de l'autre. Il respire profondément pour se forcer à garder son sang froid, et observe la blessure. Il la bouge sur le côté en prenant soin de ne pas la blesser davantage, et s'excuse à demi-mot, alors qu'il cherche une solution. Ne maîtrisant pas assez l'école de guérison pour une blessure aussi importante, le seul choix s'offrant à lui serait de retourner chercher Den'Shi, laissant Sapienza seule un moment...

Penché au-desssus le corps de Sapienza, Sidonay la dévisage jusqu'à la fermeture complet de ses yeux, s'en suit également l'arrêt de son coeur. Pris d'une rage indescriptible, Sidonay enveloppe le cadavre encore chaud de son sergent d'un bouclier de protection puis fait signe à quatre guerriers alliés de rester auprès d'elle et de la protéger au péril de leurs vies. Les guerriers chargés de cette tâche ne comprennent pas pourquoi ils doivent protéger un soldat déjà mort mais exécutent l'ordre sans discuter.
Sidonay retourne auprès de Den'Shi l'aider à repousser les quelques assaillants restants. Les combats cessent petit à petit, le stress retombe mais pas la tristesse des nombreuses pertes. Les deux commandants s'approchent de la dépouille de Sapienza, le bouclier protecteur disparait à l'approche de Sidonay. Les guerriers survivants se chargent de rassembler les corps de leurs frères d'armes tombés au combat. Sapienza, maintenant inanimée depuis plus d'une heure, la blessure toujours ouverte, n'est bel et bien plus de ce monde. C'est les poings serrés et la rage dans le regard que Sidonay fixe le champ de bataille. Quant à Den'Shi, fixant l'arme ressemblant à une pelle géante, il ne peut s'empêcher de penser que des mystères sont encore à découvrir la concernant. Une main sur le menton, intrigué par tout ça, il demande à Sidonay d'approcher et de placer l'arme entre les mains de Sapienza. Dans une grondement de gorge, Sidonay exécute l'ordre.
C'est alors que l'épée se met à briller d'une lumière blanche aveuglante visible dans un rayon d'au moins 50mètres. S'en suit une sorte de vision d'Hiro flottant au-dessus du cadavre. Contemplant le corps vide de toute vie, Hiro pose son regard sur les deux commandants.
-Hiro marmonne: C'est donc cet avenir qui s'est produit...Intéressant.
-Sidonay déjà bien énervé: Ne commence pas à la jouer mystérieux ou je te garantie que tu vas repartir de là d'où tu viens.
-Den'Shi un peu plus calme mais intrigué: Allons...Du calme. Parle, esprit Ansei. Pourquoi apparais-tu soudainement?
-Hiro: Si je devais parler dans un langage semblable au votre, je dirais que c'est ma dernière apparition avant de partir définitivement. Cependant...Je peux peut-être faire quelque chose pour elle.
-Sidonay ouvrant un peu plus les yeux, toujours méfiant du Ansei: Te connaissant, tu ne vas pas faire ça sans contrepartie.
-Hiro esquissant un léger sourire malgré la situation: Il en va de soi. Regardez-la, elle va s'en remettre grâce à son don lycanthrope. La guérison prend un peu plus longtemps dû à la sévérité de sa blessure.

Hiro désigne le corps de Sapienza, plus particulièrement l'endroit de sa blessure qui s'était refermée de quelques milimètres à peine.
-Hiro: Cependant...La chose qui se relèvera ne sera plus la Sapienza que vous avez connu. La bête en elle, va la consumer et ne plus rien laisser de son humanité. Je vous offre une seconde option, sachez que vous disposez de très peu de temps pour l'accepter ou la rejeter. Une fois ma force épuisée je ne pourrai plus jamais revenir sur ce monde. Mon temps sera écoulé.
-Sidonay: Dans ce cas abrège, et parle!

Den'Shi reste silencieux et attentif aux dires de l'Ansei.
-Hiro place une main dans sa barbe et soupire: La seconde option consiste à prendre mon arme et la planter dans le coeur de mon élève. Je vous rassure, elle ne se plantera pas comme une lame dans la chair mais plutôt spirituellement, car l'arme d'un guerrier Shehai ne peut être retournée contre lui-même. Ce qu'il va s'en suivre...C'est qu'elle va réincarner les âmes, les connaissances ainsi que les souvenirs des apprentissages de tous les anciens guerriers Shehai ayant possédés cette arme. Sa personnalité pourrait s'en retrouver modifiée, et certains de ses souvenirs effacés. Car nul sait réellement qui est Sapienza sans sa lycanthropie, pas vrai?
-Sidonay: Une minute...Si je comprends bien, en acceptant la proposition, elle n'aura plus accès à sa forme de louve?
-Hiro acquiesce d'un regard: Certes. Et vous Sidonay, comme vous tous ici présent sur le champ de bataille ou membres de votre organisation n'avez jamais connu mon élève dépossédée de ce don. L'heure est au choix messieurs, faites vite.

Den'shi et Sidonay se regardent...

Den'Shi observe le corps sans vie de Sapienza, et ferme les yeux. Il lève ensuite son regard vers l'esprit, se rappelant de la discussion qu'il avait eu avec Lylia au sujet de son sacrifice... Il sait très bien que la décision revient à Sidonay. Ce dernier reste silencieux lui aussi, s'efforçant de garder un air calme. Cependant, on peut lire le chaos et la rage qui brûlent dans son être flamboyer dans ses prunelles. Il se retourne vers Den'Shi, puis observe Hiro d'un air mauvais.
Il y a des centaines d'événements à prendre en compte, et peu de temps. Il repasse en revue tout ce qu'il a pu vivre aux côtés de Sapienza, tout ce qu'il a pu entendre de sa bouche et de celles de ses proches, tous ses gestes...
La Sapienza qu'il a connu et qui lui certifiait vouloir rester lycan car c'était une partie d'elle-même, affichant ce regard ardent d'une soif bestiale... Celle qui n'a jamais voulu être une élue des Anseis, et qui voulu simplement profiter de ce que Nirn avait à lui offrir.
Il connait aujourd'hui la Sapienza sage, celle qui prend le temps de passer en revue les possibilités avant de foncer... Celle qui est venue en Cyrodiil pour tenter de se défaire de ce lien avec cet agaçant esprit Shehai qui manipule les mots à son avantage. Elle a passé des heures à méditer sur sa propre condition, et il l'a bien remarqué... La lycanthropie est enfouie dans son être. Il n'y en a presque plus signes : plus de morsures, plus de griffures, plus de changement dans ses prunelles... Cette lumière qu'il a tant chérie s'est éteinte petit à petit.
En y réfléchissant bien... Quels que soient les pouvoirs de Sapienza, elle restera cette Rougegarde incroyable.
C'est à ce moment que l'épitaphe des Kraven surgit dans son esprit :
« En renonçant à la fierté,
Nous faisons un pas vers la bête
En renonçant à notre coeur,
Nous nous éloignons d'un pas de la bête. »

Il serait égoïste pour lui de faire le choix du cœur, et de mettre Sapienza en danger. Il s'approche donc lentement du corps de la dulcinée, adoucissant son regard. Quitte à perdre les sentiments qu'elle porte à son égard... Il préfère la savoir en vie, saine et sauve. Il passe une main dans ses cheveux en l'observant tendrement, dépose un baiser sur ses lèvres froides, puis prend doucement la lame dorée incrustée de runes, et la soulève au-dessus de la poitrine de Sapienza.
Den'Shi, ainsi que tous ceux qui sont témoins de la scène, restent silencieux et respectueux du moment.
C'est alors que Sidonay abat la lame dans le cœur de sa Louve, d'un geste vif et assuré.

La tête surélevée par le bras de Sidonay, Sapienza reste inanimée malgré la lame plantée dans son coeur. Le regard des guerriers spectateurs de la scène s'entrecroisent, se demandant ce qu'il se passe. Den'Shi, de marbre, ne quitte pas des yeux Sidonay portant encore la tête de sa louve à bout de bras. La scène ne dure qu'un instant mais parue durer plusieurs minutes dû à l'attente et le suspense de cette situation inconnue. C'est alors que la lame s'enfonce d'elle-même petit à petit dans la blessure de Sapienza, jusqu'à devenir translucide et disparaitre entièrement dans un dernier éclat de lumière emportant Hiro avec elle. Que se passe-t'il? Pourquoi ne se réveille-t'elle pas? Ces questions trottent dans la tête de chacune des personnes ici présente.
Sidonay repose délicatement la tête de Sapienza au sol et se relève en serrant les poings, grondant intérieurement. Le corps froid et vide de vie reste tel quel. Refusant d'y croire, Sidonay prit le corps de sa bien aimée de ses deux bras musclés mais tremblant à l'idée que tout soit fini. Il marche en direction du camp, ne quittant pas des yeux le visage de sa louve aux paupières fermées. Bien trop préoccupé par tout ça, il ne pense ni à ouvrir un portail ni à se téléporter, profitant de cette marche, de ce dernier moment avec Sapienza sans perdre une miette des souvenirs que lui rappelle son être.
La nuit tombe, le corps toujours inanimé allongé sur une table couverte d'une nappe blanche. Sidonay ne peut se résoudre à quitter la pièce pour se reposer comme les autres recrues. Se torturant l'esprit à se dire que s'il quitte la pièce, Sapienza serait officiellement morte. L'observant depuis plusieurs heures en cogitant sur la façon la moins douloureuse de lui dire au revoir, il s'approche puis prend la main posée sur le ventre de Sapienza. Sidonay commence à ouvrir la bouche sans qu'aucun mot n'en sort. Il se contente de rester là, silencieux, en l'observant une dernière fois. Au bout de plusieurs minutes, il lâche prise, reposant délicatement la main de Sapienza là où elle était et tourne les talons en direction de la sortie de la tente. Arrivé à l'ouverture, s'apprêtant à sortir il se retourne une dernière fois vers Sapienza puis sort.
La lune bien haute dans le ciel, le vent soufflant, Sidonay marche lentement en trainant des pieds. Lorsequ'un bruit strident surgit de nul part ainsi qu'un vent qui se veut bien plus fort qu'il y a quelques instants. Le bruit s'intensifie puis se contient à nouveau avant de totalement s'interrompre. Sidonay court vers la tente de Sapienza. Une fois dedans, il ecarquille les yeux ne croyant pas ce qu'il voit. Sapienza, toujours allongée, les yeux fermés, la poitrine bombée, respire et a repris des couleurs. Soulagé, Sidonay reste auprès de Sapienza toute la nuit à guetter la moindre amélioration.
Le lendemain matin, on remarque quelques changements, notamment sur certains traits de visage, l'éclaircissement de sa peau ainsi qu'une chevelure d'un noir plus éclatant. Les paupières de l'endormie se mettent à trembler puis à s'ouvrir, laissant ainsi les beaux yeux d'une couleur jaune apparaitre. Sapienza se redécouvre, regardant d'abord la paume et le dos de ses mains puis l'environnement qui l'entoure. Elle ne se souvient visiblement pas de ce qu'il s'est passé, totalement perdue dans ses gestes mais sereine dans son regard. Sidonay lève la tête précédement dans ses bras à ce moment et aperçoit Sapienza observer autour d'elle. Il décide de se lever doucement afin de ne pas la brusquer. Ne reconnaissant ni l'endroit ni Sidonay, Sapienza se lève de la table et commence à marcher vers la sortie de la tente, on peut observer que son arme n'est plus présente.
Sidonay attrape le bras de Sapienza par reflexe et s'en suivit l'immobilisation totale de celle-ci durant vingt bonnes secondes. Après ce délais dans le quel Sidonay avait relâché le bras de cette dernière, Sapienza se retourne vers le mage aux cheveux en bataille avant de littéralement se jeter dans ses bras. Sidonay esquisse un sourire, rassuré qu'elle ne l'ait pas oublié, du moins pas totalement. Une fois sorti de la tente, Sapienza toujours enveloppée des bras de Sidonay, Den'Shi s'approche du duo affichant un sourire bien démarqué. Plusieurs minutes plus tard, après avoir évoqué des souvenirs ainsi que ce qu'il s'est passé ici, le verdict tombe. À priori Sapienza ne se souvient de rien ni de personne à part Sidonay, du moins...pour l'instant.

Après ces jours de campagne plus qu'éprouvants, tant au niveau de la bataille et des pertes que de l'état de Sapienza, il est grand temps de retourner au Bastion pour éclaircir la situation en compagnie des autres mercenaires.
Den'Shi ouvrira un portail de Lumière donnant sur la cour du Bastion, après avoir réglé les derniers détails avec le Chef de Guerre. Attristés d'avoir perdu 3 des leurs, mais heureux du dénouement de la bataille, ils emportent les dépouilles pour leur accorder une sépulture décente et respectueuse. Du reste, la bataille est gagnée, et l'heure est repos.

En ce qui concerne la suite, ça se passe IRP, à bientôt!

Shayddy
Sergent
Sergent

Messages : 18
Date d'inscription : 09/06/2017
Age : 23
Localisation : Alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum