La fleur du désert ou le Loup des champs de bataille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La fleur du désert ou le Loup des champs de bataille

Message par Shayddy le Mar 28 Nov 2017 - 14:58

Bonjour à tous, sans plus attendre voici la fin de l'event concernant l'histoire de Sapienza.

La soirée calme, la lune haute dans le ciel, Sapienza se dirige vers la taverne de Vvardenfell. Elle y croise Morani, le commandant Den'Shi ainsi que son amie Plume qui n'a pas l'air comme d'habitude. En effet, ce soir là elle apprit que Plume a subit une sorte de rituel magique proposé et administré par Morani afin de la soulager de ses voix. C'est donc dans les bras du commandant Den'Shi que Sapienza trouve Plume en arrivant à la taverne. La petite Bosmer parait totalement perdue, comparable à un chaton qu'on aurait abandonné. La Rougegarde profite ainsi de la soirée, voir Plume dans cet état est mieux que de ne pas la voir du tout après toutes les absences à répétition qu'elle fait subir à ses amis ces temps ci.

Visiblement déçue de ne pas croiser Sidonay après autant de temps passée loin de lui, elle se ravie néanmoins de voir le commandant Den'Shi, qui plus est, aux petits soins avec Plume, chose que cette dernière attend depuis bien longtemps. Sapienza ne se fait pas particulièrement remarquer et se contente simplement de regarder et d'écouter la conversation adossée au rebord d'une table, le son de leurs voix suffit visiblement à l'apaiser. C'est sans trop tarder que le commandant ainsi que Plume descendent dans le coin coussin de la taverne après avoir souhaité une bonne nuit à la Rougegarde, qui, suite à ça ne tarde pas à quitter la taverne après avoir passé sa main sous la table devant laquelle elle était, non sans regret, visiblement bien décidé à mettre un terme à tout ce qui la tracasse pour enfin pouvoir rentrer et vivre à nouveau avec ses amis.
Sapienza entame un voyage en direction du Désert d'Alik'R, cette fois sans se cacher aux yeux de qui que ce soit. À la fois confiante en vue de ses nouveaux dons mais craintive à  l'idée de croiser ses assaillants, plus particulièrement son père, elle marche sans trop réfléchir, un pas devant l'autre. Sur le chemin, elle ne peut s'empêcher de repenser aux bons souvenirs passés avec tous ses compagnons d'armes (Sidonay... Plume... Den'Shi... Noctume... Lyliarël... Arioch... Le Courroux Divin... Sirris... Mono... Et bien d'autres). Un léger sourire aux lèvres mais pourtant les larmes coulent le long de ses joues, visiblement nostalgique. Tant de souvenirs, tant de joie, tant d'émotions en à peine une année, de quoi remplir et combler une vie entière.

-Je n'ai pas de regrets, j'ai connu la joie de vivre en communauté, la joie de partager des choses fortes avec mes amis, le besoin de protéger quelqu'un comme si sa vie était liée à la mienne et...la joie d'aimer et de me faire aimer de quelqu'un qui a toujours prétendu s'être promis de ne jamais ressentir quoi que ce soit pour qui que ce soit. Se dit-elle dans sa tête.

C'est avec une chanson entendue il y a quelques semaines que Sapienza poursuit sa route en se la récitant intérieurement. Quelques jours passèrent, l'arrivée au Désert d'Alik'R est imminente. À peine le pied posé sur le sable, Sapienza retire l'armure de sa Lionne qui jusque là lui servait de monture et la libère, lui ordonnant de partir. La Rougegarde reprend la marche en direction du dernier endroit connu lors de ses séances de pistage, une grotte isolée. Après une bonne heure de marche, Sapienza arrive à l'entrée de cette dernière. S'ensuit une longue et profonde inspiration avant d'y pénétrer. Le changement de température est brutal, passé de la chaleur étouffante du désert à l'humidité et le froid. La Rougegarde rabat sa capuche sur sa tête tout en continuant de s'enfoncer dans les profondeurs de la grotte. L'ambiance est pesante, aucun bruit ne se fait entendre si ce n'est des gouttes d'eau dans des flaques et le son d'un sifflement dû au vent. La fatigue de plusieurs jours de route se fait sentir, la longueur et le froid de l'endroit n'arrangeant rien. Chaque expiration de la Rougegarde fait sortir de sa bouche un écran de fumée. Elle s'arrête un instant à la vue d'une flaque d'eau bien en évidence et décide de s'y approcher afin de boire, sa gourde étant vide. Les mains jointes pour former un bol, la jeune Shehai boit, les yeux fermés, semblant être sa première pause depuis un long moment.

Subitement rappelée à la réalité, elle ouvre les yeux puis disparait dans un mini tourbillon de sable afin d'attérir un mètre derrière elle, dans le dos du Lycan qui comptait l'attaquer alors qu'elle buvait. Dans une rapidité et fluidité proche de la perfection, elle lève la main droite, s'ensuit plusieurs lignées de sable entourant son bras jusqu'à sa main avant de matérialiser son arme. C'est dans un saut athlétique ainsi qu'un coup direct vers la nuque du Lycan qu'elle lui tranche la tête sans aucun mal. Sans attendre et sans prendre davantage de temps pour se reposer, Sapienza dématérialise son arme dans un millions de grains de sable puis continue de marcher. Elle arrive enfin au fond de la grotte, le silence y règne. La Rougegarde fait plusieurs tours sur elle-même, cherchant désespérément un indice pouvant la mettre sur la voie. Plusieurs secondes passent paraissant comme des minutes. De l'issue d'où elle vient, on peut y voir six silhouettes non-humaines, s'approchant les unes derrières les autres.

-Sapienza : Où il est? Répondez!

C'est bien évidemment sans compter sur le silence pesant des Lycans.

-Hassan : Tu as bien grandi, ma fille. Venant de derrière Sapienza, à quelques mètres de distance.

Pétrifiée, n'osant pas se retourner directement, elle se contente de fixer les lycans devant elle.

-Hassan : L'autre fois tu ne m'as pas laissé le temps de faire grand chose. Téméraire et impulsive, tout comme ta mère.

-Sapienza : De quel droit...tu oses me parler d'elle? Tout en serrant les poings jusqu'à les faire trembler de haine.

-Hassan : Une quesion me taraude. J'ai passé des semaines à te chercher sans succès, pourquoi venir ici, seule?

-Sapienza : Je suis venue mettre un terme à tout ça, c'est toi et moi, ça l'a toujours été, réglons ça ici et maintenant. Tout en se tournant vers son père, faisant dos aux autres Lycans.

-Hassan : Je suis à la fois déçu et impressionné de ton courage, à moins que ça ne soit de la folie? Tu aurais dû ramener ta troupe, le combat aurait duré quelques secondes de plus, à défaut d'avoir le même résultat.

Dans la seconde qui suit cette dernière parole, le père de Sapienza se retrouve derrière elle, dos collé contre le sien. S'ensuit un violent revers de son avant-bras, envoyant sa fille dans le décor.

-Hassan : Ta venue ici, ma chère fille. C'est du SUICIDE.

À terre, déboussolée à cause du choc, Sapienza tente de se relever mais se fait aussitôt soulever par son père à la simple force de sa main empoignant son cou. Les pieds décollant du sol, les jambes gigotant d'avant en arrière, Sapienza se sent totalement impuissante face à lui, loin d'imaginer une telle différence de force entre eux. Sans attendre il jeta la jeune Rougegarde au milieu de la salle, à quelques mètres de distances des six autres Lycans qui l'accompagnent. Quand l'un d'entre eux approche sa patte munie de griffes acérées vers la nuque de Sapienza, elle leva son bras d'un trait, découpant la patte de ce dernier comme si c'était de la soie. Dans un intense cri de douleur, le Lycan en question se fait interrompre par un coup de lame planté dans le coeur. Les cinq autres Lycans se ruent sur la Rougegarde qui a pu disparaitre au dernier moment laissant un écran de sable derrière elle puis apparait au-dessus de leurs têtes, plantant sa lame dans le crane de l'un comme excalibur dans la pierre. Le cadavre tombant, Sapienza rejoint le sol, esquivant d'un salto arrière le coup de griffe donné en sa direction, elle attérit plus loin, accroupit, une main au sol.

Excité par le combat, le père de Sapienza prend sa forme Lycanthrope. Les quatre derniers Lycans enragent et se voient doubler leur force. La situation déjà bien mal partie dès le départ semble désormais sans espoir. Néanmoins la Rougegarde ne baisse pas sa garde, se préparant à tout assaut. Deux des abominations chargent vers elle mais se font directement interrompre tel un impact dans un mur par l'écrasement d'un grand loup au pelage brun arrivant par derrière. S'ensuit un coup de crocs dans la nuque de l'un ainsi qu'un coup croisé de ses deux pattes dans le cou de l'autre pour les mettre hors d'état de nuire. Le loup se retourne et grogne sévèrement vers les deux Lycans survivants comme s'il les engueulait. Sans émettre la moindre objection, ils se mirent à baisser les yeux en s'inclinant devant l'ancien chef de guerre, Okami.

À présent face au père de Sapienza, Okami, dans un grognement féroce comparable au tonnerre tourne autour de lui comme dans un ring, les crocs ressortis. L'attente devient très lourde, l'adrénaline atteint des sommets. Le grand loup brun, bien conscient que s'il veut en finir il doit le faire dans un seul et unique coup, charge, appuyant de toutes ses forces sur ses puissantes pattes se créant ainsi un maximum d'élan et de force de frappe. Le père de Sapienza a à peine le temps de placer son bras devant lui pour se prendre la morsure d'Okami. Le loup brun croque à pleine dent mais n'arrive pas à enfoncer entièrement ses crocs dans l'avant-bras de ce dernier dû à l'incroyable résistance physique que lui procure sa forme Lycanthrope bien plus évoluée que ses partenaires. Il se redresse sans attendre, plantant les griffes de l'une de ses mains dans le dos du loup brun, l'embrochant et le jetant de toutes ses forces contre les parois épineuses de la grotte. Sapienza, impuissante, regarde son ami se faire éjecter dans les airs et tomber une fois que son corps cogne contre le mur. Elle court vers lui, sortant de son sac son dernier rouleau de bandage ayant qu'une seule idée en tête, sortir Okami d'ici. Arrivée aux pieds du loup brun inconscient, elle se baisse puis prend l'une de ses pattes avant, sort la pierre que Noctume lui a donné pour partir en cas d'extreme urgence et l'attache à sa patte à l'aide du bandage. Elle regarde le loup une dernière fois en expirant d'un léger sourire, la larme à l'oeil puis prend son autre patte avant afin de lui faire gratter la pierre. S'ensuit la disparition totale de ce dernier.

Décidée à en finir, elle se redresse lentement puis fait face à son père. Une aura lumineuse se dégage de sa lame. Cette aura se veut à la fois chaude et intense accompagnée d'un son strident. Le regard de la Rougegarde change et devient étonnament sage. Elle ne bouge pas d'un poil mais arrive debout, face à son père, l'aura lumineuse se trouvant encore à l'endroit de départ dû au déplacement instantané. Le Lycan esquive un coup latéral survenant directement après le mouvement de sa fille. Cette dernière n'insiste pas et surgit instantanément par la gauche avec une percée de son arme qui se plante qu'au quart de ce qu'elle devrait dans les barres abdominales de la bête. Les pattes du loup se pose sur les mains de la jeune guerrière et appuie de toutes ses forces, lui éclatant littéralement les poignets, ce qui lui fait lâcher son arme. Sapienza se penche en avant de douleur, son cri se faisant entendre dans une grande partie de la grotte.

-Hassan : Je ne m'attendais pas à un si grand pouvoir venant de toi. Mais tu viens des années trop tôt, tu n'es encore qu'une enfant. D'une voix très grave sous sa forme Lycanthrope.

Il prit Sapienza par sa chevelure blonde et la redressa avant de la regarder en approchant sa tête d'elle.

-Hassan : Adieu, ma fille.

Le Lycan plante ses griffes acérées dans l'estomac de la Rougegarde puis monte d'un coup vers le haut, lui déchirant tout le buste. Sapienza...tombant à genoux, les yeux ouverts laisse son corps rejoindre le sol, sentant son âme quitter son corps.

-Sapienza : Dé..so..lée... Dit-elle de son dernier souffle avant de fermer les yeux.

Shayddy
Sergent
Sergent

Messages : 18
Date d'inscription : 09/06/2017
Age : 23
Localisation : Alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fleur du désert ou le Loup des champs de bataille

Message par Ujimushi le Mar 28 Nov 2017 - 17:07

(C'est super bien écrit mais... J'étais tellement attachée à ce personnage... Là tout de suite, j'ai pas de mots.
Une fin qui fait ressentir beaucoup de choses... En particulier une immense tristesse.)

_________________
Rouge comme le sang,
Blanc comme les os,
Rouge comme la solitude,
Blanc comme le silence,
Rouge comme les nerfs d’une bête,
Blanc comme le cœur d’un dieu,
Rouge comme la haine qui se déverse,
Blanc comme une blessure qui se glace,
Rouge comme les ombres dévorant la nuit,
Blanc comme un soupir transperçant la lune,
Blanc qui étincelle et Rouge qui tombe.
avatar
Ujimushi
Commandant
Commandant

Messages : 866
Date d'inscription : 23/12/2015
Localisation : Troyes, France

Voir le profil de l'utilisateur http://leregimentperdu.1fr1.net/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum